Jour 5 – Quotidien

 In Sur la route de l'exil

Cité qui se réveille avant les éboueurs
Alors que, somnambules,
Nous croulons de fatigue
À côté des poubelles
Gonflées de superflu qui sera,
Ce matin, notre pain quotidien.
Surtout… surtout ne pas dormir
Au lever du soleil qui nous démasquerait.
Mais marcher et veiller
Sur lui qui dort encore à l’abri tes bras.

Recent Posts
Showing 3 comments
  • Zeller Anne-Marie
    Répondre

    Merci

  • Marik
    Répondre

    Heureuse que ce chemin se fonde dans le tien 🙂

  • C. rodriguez
    Répondre

    Sur la route de l’exil, j’adresse des « pourquoi moi » en me cachant du froid derrière de vieux convois. Sur la route de l’exil, je cherche « je ne sais quoi » ; un abri ou un toit… un tout petit « chez-moi ». Sur la route de l’exil, je suis un hors la loi, mais Ton regard sur moi me restitue mes droits

Leave a Comment

27 − = 19

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nous contacter

N'hésitez pas à nous contacter, nous vous répondrons dès que possible.

Not readable? Change text. captcha txt
0